Vols réguliers vers le Zoute

En 1928, des pourparlers ont eu lieu à un niveau supérieur pour ouvrir un aéroport dans le Zoute. La plaine au nord de l'Hazegraspolderdijk s'est avérée propice à la création d'un terrain d'aviation de bougre. L'État a loué le terrain à la Compagnie Het Zoute et a accordé une concession de 30 ans à la Regie der Luchtwegen. Sabena & KLM ont été les premières compagnies aériennes à s'installer à Knokke, suivies par quelques Briste. En 1935, l'AERA de Deurne s'y joint également.

 

 

L'aérodrome civil était également utilisé pour les vols à voile, qui étaient organisés sous l'impulsion de Suzanne Lippens, fille de Maurice, elle-même pilote de planeur enthousiaste. Maurice Lippens a promu le vol à voile et a encouragé les jeunes à acquérir une expérience pratique en Allemagne. Suzanne fut l'une des premières femmes pilotes belges à obtenir sa licence en 1928. Elle a participé à un cours de vol à voile à Wasserkuppe (Allemagne) en 1930, et a obtenu une licence C pour le vol à voile dans diverses disciplines. Elle a même établi quelques records du monde, tant au moteur qu'en planeur. Elle a tenu des conférences dans diverses universités, écoles et athénées pour promouvoir le vol à voile.

 

 

Les Anglais, soutenus par leur propre monnaie forte, étaient quelque peu satisfaits d'une connexion rapide à Knokke où ils pouvaient pratiquer leur sport de golf bien-aimé. Le casino est devenu une deuxième attraction touristique pour de nombreux Britanniques. Les compagnies aériennes étaient Hillmans Airways et British Continental Airways.

A partir de 1931, de nombreux Néerlandais se sont également rendus à Knokke. Les services réguliers Amsterdam-Rotterdam-Vlissingen avec connexion au Zoute ont été remplacés à un certain moment par des "lignes de jeu" directes depuis la capitale néerlandaise. En 1935, une école de vol a été ouverte à Deurne pendant les mois d'été dans le Zoute, où l'on enseignait aux apprentis pilotes et où se déroulaient les baptêmes de l'air.

Pendant les années de guerre 1940-1945, le terrain d'aviation a été utilisé par les forces d'occupation. Après 1945, l'aviation civile a repris ses activités dans le Zoute. KLM ainsi que la sabena et la compagnie aérienne britannique se sont à nouveau rendus à Knokke. A partir de 1947, le terrain d'aviation est réduit à 42 hectares, ce qui signifie que les gros avions ne peuvent plus atterrir. Néanmoins, le nombre de passagers a continué à augmenter. Pour les compagnies aériennes, les atterrissages dans les petits aéroports ont causé des problèmes financiers. De plus, la piste était située dans le sens de l'extension du Zoute, de sorte que les avions qui décollaient causaient d'énormes nuisances sonores au-dessus des zones habitées. En 1956, Robert Willems succède à Armand Verstraete au poste de directeur de l'aéroport, poste qu'il occupe jusqu'à la fermeture en 1960. Le maire Léon Lippens avait déjà exprimé son inquiétude sur l'avenir de l'aéroport en 1947. Les aspects liés à la pollution sonore et à la sécurité étaient en contradiction avec la croissance et le développement de la station balnéaire. Le sanctuaire d'oiseaux situé à proximité immédiate, nouvel atout touristique, a également joué contre le trafic aérien. En 1954, le Zoute Aviation Club a été créé et à partir de 1958, le vol à voile a été intensément "off the ground". C'était une dernière tentative pour donner un nouveau souffle à l'aéroport. Ce club a ensuite déménagé à l'aéroport de Wevelgem et existe toujours sous le même nom. Dans l'intervalle, un nouveau réseau routier est en cours de développement, tant au niveau national qu'international. Knokke était ainsi plus facile et plus rapide à atteindre en voiture. Le verdict est tombé et l'aéroport a été fermé. Le 29 août 1959, le dernier avion a atterri au Zoute, un bimoteur de la Sabena. La plupart des bâtiments du petit aéroport ont été démolis et une partie des pistes en béton a été brisée.

 

L'aéroport du Zoute a été ouvert le 18 juillet 1930.

Ce site utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur ce site. En savoir plus Continuer